Cupidon de la sape <3

Par Grégoire Maisonneuve

Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai. Mains baladeuses et fondue choco fav : en ce jour wanna be spécial qu’est la Saint-Valentin, j’aime. J’aime la mode, la guenille, les étoffes et les humains qui font de la mode un milieu extraordinaire. Je jaillis ma flèche de cupidon-bébé-en-couche-de-l’amour et je pique et repique car l’amour, ces temps-ci, on en manque. Ouvrez votre cœur car, aujourd’hui, je me vide et vous sacre une baffe d’amour au visage.

I loved you, I love you and I will always love you. Handsy hands and chocolate fondue: on this wanna be special day that is Valentine’s Day, I love. I love fashion, ball gowns, fabrics and humans who make fashion an extraordinary environment. I shoot my cupid-baby-in-diaper-of-love arrow and I poke and poke because love, these days, we all need it. Open your heart because today I will slap you in your face with love and romance.

La diversité dans la mode, je l’aime. Je l’aime parce qu’il était temps. Donnez-moi de la mode pour toutes les couleurs, toutes les morphologies, toutes les identités sexuelles, toutes les idéologies ; donnez-moi un buffet all-you-can-eat de différent, s’il vous plait. Malgré les miettes de changement, est ce que tout le monde peut se voir dans la glace mode ? Non. Est-ce que c’est normal ? Vraiment pas. Ce n’est pas normal, c’est dommage, mais ça tend à changer. Y paraît que chaque petit geste compte donc on va en prendre en masse, des petits gestes. J’aime ça, moi, voir des humains de toutes tailles défiler de plus en plus pour les grands créateurs. Fendi, Area, Alexander McQueen, Jacquemus, je vous aime pour ça. Même si un mannequin wanna be « taille plus » (oui, moi aussi je déteste ce terme) parmi une mer de robots symétriques dignes des meilleurs cintres c’est encore très peu, je vous aime. Tous ces créateurs qui mettent de l’avant (et de l’arrière s’il vous plait) des couleurs et des origines de tout azimut, je les aime fort. Voir aussi des représentants de la diversité sexuelle et de genre se démarquer et briller dans le royaume de la mode, j’aime ça un peu, passionnément, à la folie.

Diversity in fashion, I love it. I love it because it was time. Give me fashion for every color, every size, every sexual identity, every thinking; give me an all-you-can-eat buffet of different, please. Despite the crumbs of change, can everyone see themselves in a fashion mirror? No. Is that normal? Absolutely not. It’s not normal, it’s too bad, but it tends to change. It seems that every little gesture count, so we’re going to take a lot of them please. I like to see humans of all sizes walk more and more for well-known designers. Fendi, Area, Alexander McQueen, Jacquemus, I love you for that. Even if we’re talking about only one «plus sized» model (yes, I also hate that term) among a sea of symmetrical robot’s worthy of the best hangers is still very little, I love you. All these designers who put forward (and back stage also, please) every colors and origins, I love them very much. To also see representatives of sexual and gender diversity stand out and shine in the jungle of fashion, I like it a little, passionately, to madness.

La mode, c’est plus que des robes à faux-culs et des jeans taille basse Apple Bottom. C’est aussi toutes ces divinités du vêtement, créateurs, égéries ou icones, qui apportent tellement à l’univers fantasmagorique mode. Et ces personnes-là, je les aime. Je les aime toutes. Je leur donnerais toutes un gros bec mouillé-dégueu dans un bon vieux sept minutes au paradis parce qu’elles le méritent. Je t’aime Céline, je t’aime. De ta robe veineuse Iris Van Herpen à ton luffa énorme Zac Posen, ton style over the top de madame me procure une érection de la sape. I love you Dad, j’taime pôpa. Avec tes vêtements ludiques et tes illustrations qui font du bien, Pony, je t’aime. De l’art qui fait sourire dans cette aire où on braille collectivement en écoutant du Adele en bobette, c’est nécessaire. Stella Tennant, mannequin icone regrettée, je t’aime. Marinne Serre, je vous aime, Madame. Votre apport écologique et votre souci de faire une différence sont importants. Pour votre côté assumé au maximum, votre fuck you doré aux standards de beauté et votre sens du style impeccable, Lizzo et Yseult, je vous aime tendrement. Ludovic de Saint Sernin, pour tes vêtements qui puent le sexe et le queerness, je t’aime. Pour tout votre bagage mode et vos 50 ans de plumes et de seins coniques, maître Jean-Paul Gaultier premier du nom, je vous admire. Je vous aime la gang, je vous aime.

Fashion is way more than just bustle dresses and Apple Bottom low-rise jeans. It is also all those gods of clothing, designers, muses or icons, who bring so much to the grandiose fashion universe. And these people, I love them. I love them. I would give them all a big wet-disgusting French kiss in a good old-fashioned seven minutes in heaven because they deserve it. I love you Céline, I love you. From your Iris Van Herpen venous dress to your huge Zac Posen loofah, your lady’s over-the-top style gives me a fashion erection. I love you Dad, j’taime pôpa. With your playful clothes and your illustrations that do good for our soul, Pony, I love you. Art that makes people smile in this moment where we collectively cry while listening to Adele in underwear is necessary. Stella Tennant, iconic model, I love you. Marinne Serre, I love you, ma'am. Your ecological contribution and your concern to make a difference in the world are important. For the fact that you don’t give a F, for your shinny gold fuck you to beauty standards and for your impeccable sense of style, Lizzo and Yseult, I love you. Ludovic de Saint Sernin, for your clothes that stink sex and queerness, I love you. For all your fashion legacy and your 50 years of couture and conical breasts, master Jean-Paul Gaultier the great, I love you. I love you gang, I love you. 

Je t’aime aussi toi, oui toi, petit chandail en mohair mauve à glitters, retrouvé au fond du présentoir de trouvailles exquises de friperie. Tu es digne de Vanessa Beauregard dans Watatatow et ça, c’est parfait. Et que dire de ta copine chemise-dragon, une véritable star de la guenille. La seconde main, j’aime ça. Pour la découverte de pièces uniques, d’accord, mais surtout par ce qu’il a des millions de vêtements qui n’attendent qu’à être enfilés (à l’image de plusieurs personnes en ces temps pandémiques). Est-ce que la mode écolo est une tendance ? Peut-être. Mais c’est une tendance qui fait du bien à notre belle planète que l’on traite de salope depuis trop longtemps, et ça c’est bien tant mieux. Ta robe à 10 $ fait mal. Par le transport, la piètre qualité des matières et par les conditions de type médiévales de la pauvre personne qui a cousu ta robe que tu as vu dans la grille Instagram de ton insta-bébé pref #produitreçu, elle fait mal et il faut que le sache. J’aime ça qu’on se pose de plus en plus de questions sur la provenance et l’impact néfaste d’un vêtement. L’intérêt pour les friperies, j’adore. L’intérêt grandissant pour la mode locale, je jubile.

I also love you, yes you, little purple mohair sweater with glitters, found at the bottom of the thrift store display. You are worthy of Taina and that is perfect. And what about your dragon printed shirt girlfriend, a true star. Second hand, I like that. For discovering unique pieces, agreed, but especially because it has millions of clothes waiting to be put on (like many people in these pandemic times). Is eco-friendly fashion a trend? Maybe. But this is a trend that is doing well to our beautiful planet that we have been calling a slut for too long, and that is so much better. Your $10 dress hurts. By transport pollution, poor quality of materials and by the medieval type conditions for the poor person who sewed your dress that you saw in the Instagram grid of your favorite insta-bébé #ad, it hurts and you need to know. I like the fact that we are asking more and more questions about the origin and the harmful impact of a garment. Growing interest in thrift shop, I love it. Growing interest in local fashion, I’m dying of love.

Bon, je suis tellement débordant d’amour en ce jour international du chocolat paraffiné cheap en forme d’organe de l’amour que j’ai le goût de me lâcher lousse, lousse, lousse et de d’aimer en rafale :

Raven Baxter, pour ton look d’ado-drag-queen, je t’aime (à la vie, à la mort, ma chume Rave).

Puisque tu me permets de cacher ma tronche de cake, le masque, oui, je t’aime.

Les gens qui se mettent sur leur 31 pour faire un casse-tête de chevaux sur fond pastel, je vous aime (oui, je sais, je suis le diable, mais j’en ai marre de voir les gens en gris mou, désolé).

Les lignes de vêtements d’influenceurs, je déteste ça. Ah, oups, mauvais texte… J’adore les unboxing de chandelles de soja…

Pour ton style progressiste et pour ce que tu apportes au monde de la drag, la drag-queen Gottmik, je vous aime yes god mama queen (insert tongue pop here, thanks).

Well, I am so overflowing with love on this international day of cheap love organ shaped chocolate that I have to throw up and to love in burst:

Raven Baxter, for your teen-drag-queen look, I love you (to life, to death, my friend Rave).

Since you allow me to hide ugly ass face, masks, yes, I love you.

People who dress up to resolve a horse on a pastel background puzzle, I love you (yes, I know, I am the devil, but I am tired of seeing people in saggy comfy clothing, SORRY).

Influencer clothing lines, I hate that. Ah, oops, wrong text… I love soy candle unboxing…

For your progressive style and for what you bring to the world of drag, drag queen Gottmik, I love you yes god mama queen (insert tongue pop here, thanks).

Carrie Bradshaw, pour ton look de madame-drag-queen qui porte des perles pour aller se coucher, je t’aime.

Les dames et messieurs funky qui s’habillent too much pour aller acheter un Clin d’œil et une barre Mars, je les aime vraiment beaucoup.

Carrie Bradshaw, for your lady-drag-queen look that wears pearls to go to bed, I love you.

Funky ladies and gentlemen who dress over the top to go buy a cross word book and a coconut chocolate bar, I really like them.

Tika the iggy, le chien le plus couture-fashun-haut-de-gamme du web, pour tes looks de Madame de Pompadour canins, je t’aime à la folie.

La marque MRKNTN, je t’aime (très liche botte de moi-même, je sais).

Tika the iggy, the most couture-fashion-haut-de-gamme dog on the internet, for your doggy Madame de Pompadour looks, I love you madly.

MRKNTN, I love you (I’m being a real kiss-ass here, I know). 

Bon, c’est beau l’amour mais faut pas abuser. Continuez à votre tour d’en propager parce que l’amour, c’est un maudit beau plaster sur notre chaos quotidien du moment. C’est donc assis dans mon récamier de velours léopard en babydoll que je vous dis que je vous aime, la gang.

Well, love is beautiful, but iI don’t want to abuse. Keep spreading it because love is a pretty beautiful bandage on our daily chaos of the moment. So, it’s sitting in my velvet leopard chair wearing a baby doll set that I’m telling you that I love you, gang.

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published